Patrice Nganang, écrivain : « Kamto n’a pas de respect pour la vie des camerounais »
14-Feb-2020 07:43

2020-02-14 07:43:31.0

Suite à la sortie de l’ancien président autoproclamé de l’Ambazonie, Sisiku Ayuk Tabe, par correspondance depuis la prison centrale de Kondengui, les commentaires vont bon train au Cameroun. L’écrivain Patrice Nganang a donné son avis sur la lettre écrite fait un commentaire de la lettre écrite par le chef séparatiste ambazonien, avec un « clin d’œil » au président du MRC, Maurice Kamto.

« Sisiku Ayuk Tabe ne peut pas écrire une lettre comme celle venue de Kondengui parce que sa parole est présidentielle – Kamto en sait quelque chose lui qui se dit élu, et par pur calcul politicien il a prononcé son nom plusieurs fois depuis Montreal », soutient Patrice Nganang sur sa page Facebook. « Le désaveu est donc venu de Wilfried Tassang, celui qui était déjà au cœur du Consortium lors du lancement de la crise anglophone en novembre 2016, à Buea, qui tenait la branche des écoles, des enseignants donc, et sur la responsabilité de qui repose le boycott des écoles qui fonctionne encore – boycott qui a tout lancé en fait, en embrasant le terrain comme les avocats derrière Agbor Balla étaient incapables de le faire », poursuit l’écrivain.

A lire aussi
Cameroun - Crise Sociopolitique: Depuis la prison, Maurice Kamto et Cie proposent des solutions pour réformer le pays

Une certaine légitimité pour parler de la crise anglophone

Ce dernier s’interroge sur la légitimité à accorder à ceux qui évoquent la crise anglophone. « Qui a la légitimité pour parler de la crise anglophone – celle donc qui fait que les occidentaux puissent peser de leur balance sur le pouvoir camerounais, ou au mieux le pousser vers la porte. Qui a la légitimité pour parler de la crise anglophone ? », se demande-t-il.

« Je pense que Maurice Kamto sous-estime le sang des Camerounais – depuis février 2008, et il était alors vice-ministre de la justice. Je pense en fait qu’il n’a pas de respect pour la vie des Camerounais – et donc, pour la justice à rendre aux victimes. C’est une question de caractère (…) La question la plus urgente de notre pays c’est en effet la Justice, la justice et la justice. Maurice Kamto n’a jamais eu le courage de prononcer le mot ‘génocide’ en se référant au Cameroun, depuis sa sortie de prison. Nulle personne ne peut le remarquer plus clairement que la victime – Anglophone -, et surtout trouver extraordinaire qu’il, que Kamto donc, essaye d’établir une distinction entre les bons et les mauvais Anglophones – comme le gouvernement de Biya », déclare Patrice Nganang.

Actu Cameroun

'Calibro Calibri A lire Actualités Africa AFRIQUE Alpha Blondy Anglophone Crisis Ascension du Mont Cameroun audience du contentieux postélectoral Ayah Abine BAS Bauxite Biya Boycott des artistes Business Calibri Calibro Calibro Calibri Calixte Beyala Cameroon cameroun Camtel Congo course Crise Anglophone Culture / Communication Département de l'Océan Diaspora Diplomatie DIVERS ECONOMIE Ekona Election présidentielle élections Élections locales du 9 février Emmanuel Chedjou Emmanuel Fosso Someon Chedjou Emmanuel Macron Emmanuel Nguiamba Nloutsiri English Faure Gnassingbé Fecafoot fondation ayah Français france Franck Biya FRENCH Front page frontières Guiffo Serge Léopold Human Interest International Jean De Dieu Momo Journaux Radio Journaux TV Kamto Killings Libération Life Style Lifestyle Lions Indomptables Live Updates Lucrèce Medou Njemba Macron Massacre de Ngarbuh Maurice Kamto Minerais MONDE MRC necrologie News News Roundups Ngarbuh Non classé Nord-ouest Nos Programmes ONU Opinion Orange Cameroun Paris Paul Biya Paul Marie Biloa Effa Politics Politique Pouvoir présidentielle au Togo Press Release Rédaction régime Replay Radio Riek Machar salva kiir Santé Santé / Environnement scrutin SOCIETE Society Soudan du Sud Southern Cameroons Southern Cameroons Crisis Sport Sports Sud-ouest Tassang Wilfred Technology Télécommunications Togo Top turkish airlines Turkish Airlines. Turquie UN officials Uncategorized Une Valentin Siméon Zinga Valséro VIDEO Vote World Yaoundé